Quand Il Fait Froid, Michel Houellebecq
Poèmes

Quand Il Fait Froid

par Michel Houellebecq

Michel Houellebecq

Quand il fait froid,
Ou plutôt quand on a froid,
Quand un centre de froid s’installe avec un mouvement mou

Au fond de la poitrine
Et saute lourdement entre les poumons
Comme un gros animal stupide ;

Quand les membres battent faiblement,
De plus en plus faiblement
Avant de s’immobiliser sur le canapé
De manière apparemment définitive ;

Quand les années tournent en clignotant
Dans une atmosphère enfumée
On ne se souvient plus de la rivière parfumée,
La rivière de la première enfance
Je l’appelle, conformément à une ancienne tradition : la rivière d’innocence.

Maintenant que nous vivons dans la lumière,
Maintenant que nous vivons à proximité immédiate de la lumière,
Dans des aprè-midi inépuisables
Maintenant que la lumière autour de nos corps est devenue palpable,
Nous pouvons dire que nous sommes parvenus à destination
Les étoiles se réunissent chaque nuit pour célébrer nos souffrances et leur transfiguration
En des figures indéfiniment mystérieuses
Et cette nuit de notre arrivée ici, entre toutes les nuits, nous demeure infiniment précieuse.

Extrait de: 
Le Sens du Combat



Poème publié et mis à jour le: 07 juin 2019

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top