Poèmes

Quand ces Beaux Yeux

par Pierre de Ronsard

Sonnet LXII.

Quand ces beaux yeux jugeront que je meure,
Avant mes jours me bannissant là bas,
Et que la Parque aura porté mes pas
A l'autre bord de la rive meilleure,

Antres et près, et vous forêts, à l'heure,
Pleurant mon mal, ne me dédaignez pas ;
Ains donnez-moi, sous l'ombre de vos bras,
Une éternelle et paisible demeure.

Puisse avenir qu'un poète amoureux,
Ayant pitié de mon sort malheureux,
Dans un cyprès note cet épigramme :

Ci-dessous gît un amant vandômois,
Que la douleur tua dedans ce bois
Pour aimer trop les beaux yeux de sa dame.

Extrait de: 
Recueil : Le premier livre des Amours (1550)



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top