Passage, Aime Césaire
Poèmes

Passage

par Aime Césaire

C'est l'obligé passage que d'ici je décline

une fin de gîte

une rumination de jusants

l'inventaire aussi de la longueur des sécheresses

aux tétons flasques des pitons.

assez s'atteste à la configuration même du miracle le versant irrécusable de la vomissure

cirques et criques

aboutie synthèse des couloirs et des seuils

je sais qu'il m'appartient

pour l'impatience d'un printemps de grandes erres fourvoyé

de garder

l'intact

de garder le vivant

magma du mot plus fort de ses silences



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top