Mon Village, Joseph Paul Schneider
Poèmes

Mon Village

par Joseph Paul Schneider

Mon village est mon bout du monde

L'inconnu sans cesse déferle

Sur son rivage natal

Qu'importe les pierres dorment tranquilles

Sous leurs reflets verdâtres

Mon village est un sanctuaire

Ouvert aux vents des forêts

Fermé à l'étranger passant

Qui veut déchiffrer trop vite

Le langage du lierre accroché aux pierres

Mon village

Existe partout

Je l'ai retrouvé semblable et différent

Dans la douceur de la neige ou l'espoir du soleil

La tendresse des gestes les mots échangés

De femmes, d'hommes, d'enfants et de pierres enlacés

Mon village n'en finit pas

De m'apprendre la dure patience

A déceler jour après jour

Derrière le visage des pierres

L'énigme rose du temps.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top