Poèmes

Le Ramier

par Rene Char

René Char

Il gît, plumes contre terre et bec dans le mur.
Père et mère

Le poussèrent hors du nid quadrillé,
L'offrirent au chat de la mort.

J'ai tant haï les monstres véloces

Que de toi j'ai fait mon conscrit à l'oeil nu

Jeune ramier, misérable oiseau.

Deux fois l'an nous chantons la forêt partenaire,

La herse du soleil, la tuile entretenue.

Nous ne sommes plus souffre-douleur des antipodes
Nous rallions nos pareils
Pour éteindre la dette
D'un volet qui battait
Généreux, généreux.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top