La Poésie des Nombres par Alfred de Vigny
Poèmes

La Poésie des Nombres

par Alfred de Vigny

Alfred de Vigny

Les nombres, jeune
Enfant, dans le ciel t'apparaissent

Comme un mobile chœur d'Esprits harmonieux

Qui s'unissent dans l'air, se confondent, se pressent

En constellations faites pour tes grands yeux.

Nos chiffres sont pour toi de lents degrés informes

Qui gênent les pieds forts de tes nombres énormes,

Ralentissent leurs pas, embarrassent leurs jeux;

Quand ta main les écrit, quand pour nous tu les nommes,

C'est pour te conformer au langage des hommes ;

Mais on te voit souffrir de peindre lentement

Ces
Esprits lumineux en simulacres sombres,

Et, par de lourds anneaux, d'enchaîner ces beaux nombres

Qu'un seul de tes regards contemple en un moment
Va, c'est la
Poésie encor qui, dans ton âme,
Peint l'Algèbre infaillible en symboles de flamme
Et t'emplit tout entier du divin élément :

Car le
Poète voit sans règle
Le mot secret de tous les
Sphinx;
Pour le ciel, il a l'œil de l'Aigle,
Et pour la terre l'œil du
Lynx.


Que Pensez-Vous de ce Poème?

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top