Poèmes

La Corrida

par Yendami Isadora

Ils m’ont fait entrer dans l’arène
Et je me prépare au combat
Pour moi, pas de remise de peine
Quel fut mon crime ? Je ne sais pas.

Tant d’hommes tuent, massacrent et violent
Et qui sont libres comme le vent
Moi on me fait jouer le rôle
Du pauvre coupable-innocent.

Aucune issue ne m’est possible
Et je sais que la mort m’attend
L’homme puissant et invincible
Savoure déjà le goût du sang.

Il gesticule et virevolte
Comme pour mieux m’encourager
A le charger, à la révolte…
Un jeu cruel et sans pitié.

Des aiguillons percent mon flanc
Pourtant je suis toujours debout
La fin est proche, je le sens
Mais je me battrai jusqu'au bout.

Ma vie s’échappe peu à peu
Le sable s’abreuve de mon sang
Et déjà se voilent mes yeux
Je suis faible… agonisant…

Il va me porter l’estocade
La foule hurle son impatience
Je lève la tête par bravade
Ma cause était perdue d’avance...

Quel fut mon crime ? Je ne sais pas…

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top