Poèmes

J'en avais marre

par Gianluca Stival

C'était fatigant.
C'était vraiment insatisfaisant d'avoir eu ce coup de cœur-la.
C'était décevant d'avoir cru que cela m'aurait envahi de joie.
Si j'aurais su de cette future insatisfaction,
je n'aurais jamais payé ma personne de bon temps.
C'est seulement question d'espoir.

J'ai perdu tout espoir.
Irrémédiablement.
L'inévitable est arrivé.
Elle se comportait comme si j'étais imperceptible.
Invisible. Abstrait.
En vivant dans un feint monde corporel.

Quand elle me touchait, je sentais le paradis,
sa touche tait vraiment douce
même si elle ne savait d’être
la chérie que je haïssais.
Dorénavant, elle ne me frisera plus
et je persisterai à ne pas avoir marre.

Extrait de: 
"Meriti del mondo ogni sua bellezza" (Gianluca Stival, 2017)

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top