Il Pianto, Michel-Ange, Auguste Barbier
Poèmes

Il Pianto, Michel-Ange

par Auguste Barbier

Que ton visage est triste et ton front amaigri,

Sublime Michel-Ange, ô vieux tailleur de pierre!

Nulle larme jamais n' a baigné ta paupière:

Comme Dante, on dirait que tu n' as jamais ri.

Hélas! D' un lait trop fort la muse t' a nourri,

L' art fut ton seul amour et prit ta vie entière;

Soixante ans tu courus une triple carrière

Sans reposer ton coeur sur un coeur attendri.

Pauvre Buonarotti! Ton seul bonheur au monde

Fut d' imprimer au marbre une grandeur profonde,

Et puissant comme Dieu, d' effrayer comme lui:

Aussi, quand tu parvins à ta saison dernière,

Vieux lion fatigué, sous ta blanche crinière

Tu mourus longuement plein de gloire et d' ennui.



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top