Poèmes

Fernand L'Anglois

par Paul Verlaine

Paul Verlaine

Haut comme le soleil, pâle comme la lune.

Comme dit vaguement le proverbe espagnol.

Il a presque la voix tendre du rossignol.

Tant son cœur fut clément à ma triste fortune.

Je l'écoute toujours, cette voix opportune

Qui me parlait naguère, est-ce en ut, est-ce en sol ?

Et qui sut relever, furieux sur le sol.

Mon cœur, ce cœur sauvage et fou de roi de
Thune !

Mais rions ! car mon livre est un livre amusant,

Et dès lors que ce souvenir doux et cuisant

D'un suicide prévenu de mains pieuses

Me remonte ce soir, peut-être pire encor

Dans un absurde et vraiment sinistre décor.

Paix là, pour ces mains-là, mes mains calamiteuses !



Poème publié et mis à jour le: 12 juillet 2017

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top