Explicit Complainte Amoureuse par Christine de Pisan
Poèmes

Explicit Complainte Amoureuse

par Christine de Pisan

Amour

Vueillez oÿr en pitié ma complainte,

Belle plaisant pour qui j'ay douleur mainte

Et que j'aour plus que ne saint ne sainte,

Chose est certaine;

Et ne cuidez que ce soit chose fainte,

Trés doulce flour dont je porte l'emprainte

Dedens mon cuer pourtraicte, escripte et painte.

Car la grant peine

Du mal d'amours qui pour vous me demaine

Me grieve tant, de ce vous acertaine,

Que plus vivre ne puis jour ne sepmaine,

Dont par contrainte

Dire me fault a vous, ma souveraine,

Le trés grant faiz dont ma pensée est plaine,

Bonne, belle, tout le vous dis je a peine

Et en grant crainte.

Et se je crains, doulce dame, a le dire

Merveilles n'est, car qui vouldroit eslire

En tout le mond sans trouver a redire

Une parfaicte

Haulte dame pour estre d'un empire

Couronnée, si devroit il souffrir

De vous, souvraine, ou tout honneur se tire;

Maiz, trés doulcette

Jouvencelle, que mon cuer tant regraitte,

S'amours contraint mon cuer qu'en vous se mette

Pour vous servir sanz que ja s'en desmette,

N'en ayés yre,

Pour tant se ne vous vail, flour nouvelette,

Rose de may, belle, sade et simplette,

A qui serf suis, lige, obligié de debte

Ou je me mire.

Mais s'il avient que vo valour s'orgueille

Contre mon bien, pour ce que pas pareille

N'estes a moy et que ne m'appareille

A vo haultece,

Je suis perdus se fierté vous conseille

Que m'occiez, dangier qui tousjours veille

Me courra sus, si seroit bien merveille

Qu'en tel asprece

Vesquisse, helas! ma dame et ma maistresse,

Mon seul desir, mon espoir, ma deesse;

Pour
Dieu mercy que ne muire a destresce,

Dame, ainçois vueille

Vostre doulceur tost me mettre en adresse

De reconfort quant voyez que ne cesse

De vous servir de fait et de promesse

Quoy que m'en deuille.

Hé! trés plaisant et amoureux viaire,

Doulx corselet, de beauté l'exemplaire,

Que vraye amour me fait amer et plaire

Sur toute chose,

Le mal que j'ay je ne vous puis plus taire,

Car vo secours m'est si trés neccessaire

Que, se ne l'ay, a la mort me fault traire,

Ne ne repose,

Si en ayez pitié, fresche com rose,

Voyez comment tout de plour je m'arrose,

Et toute foiz a peine dire l'ose

Ne vers vous traire,

Tant vous redoubt; pour ce ay tenue close

Ma pensée, mais or vous est desclose;

Car grant amour m'a fait a la parclose

Le vous retraire.

Helas! belle, trop seroie deceu

Se le maintien que j'ay en vous veü

Tant doulx, tant quoy, si humble et qui m'a meu

A vous amer,

Avoit en soy, sanz qu'il fust apperceu,

Fierté, dangier; certes ne seroit deu

Que si trés doulx ymage fust peü

De fiel amer,

Et m'est advis qu'on vous devroit blasmer

Se cruaulté qu'on doit tant diffamer

Estoit en vous qu'on doit doulce clamer,

Car a mon sceu

Nulle meilleur de vous n'oy renommer.

Ha! trés plaisant, ou je me vueil fermer,

Vostre doulx cuer a moy amy clamer

Soit esmeü.

Et m'est advis, belle, se je pouoye

Vous demonstrer comment, ou que je soye,

Entierement suis vostre et qu'il n'est joye

Qui d'aultre part

Me peust venir, certes je ne pourroye

Croire qu'en vous, doulce simplete et quoye,

N'est tant de bien, et c'est la ou m'apoye

Et main et tart;

Et de pitié que vo trés doulx regart,

Qui de mon cuer a nulle heure ne part

Ne dont n'ay bien fors quant je sent l'espart

Par quelque voye,

Ne confortast le mal dont j'ay grant part;

Mais je ne puis en secret n'en appart

Parler a vous, dont mon cueur de dueil part

Et en plours noye.

Et doncques las! dont vendroit reconfort

A mon las cuer qui meurt par amer fort,

Quant ne savez, m'amour, le desconfort

Ou pour vous suis

Ne comment vous aim de tout mon effort?

Si couvendra que je soie a dur port,

Se vraye amour a qui m'attens au fort

Tost n'euvre l'uys

D'umble pitié ou a secours je fuys;

Si vous dye comment durer ne puis

Pour vostre amour ou tout je me suis duys,

Soit droit ou tort.

Par quoy voyez comment et jours et nuis

De tous solas et de joye suis vuys.

Se tel secours bien brief vers vous ne truys

Vez me la mort!

Car mesdisans tant fort redoubte et crain

Que je n'ose parler ne soir ne main

N'a nulle heure, dont je suis de dueil plain,

A vous, trés belle,

Pour vostre honneur qui est entier et sain,

Ne ja pour moy, vo cuer en soit certain,

N'empirera, quel que soit mon reclain,

Ains mort cruele

Endureray, pour
Dieu, ma demoiselle,

Ne doubtez point que vous face querelle

Fors en honneur,
Dieux tesmoing en appelle,

Mais je me plain

De ce qu'Amours si haulte jouvencelle

M'a fait amer qu'ouÿr n'en puis nouvelle,

Se par pitié ne me vient, pour ce a elle

Seule m'en claim.

Mais puis qu'Amours a voulu consentir

Qu'en si hault lieu me meisse sanz mentir,

Je ne croi pas, quoy que soie martir,

Qu'au lonc aler

Ne resveille
Pitié qui departir

Face le mal dont suis au cuer partir.

Si me couvient, quoy que j'aye a sentir,

Tout mon parler,

Mes faiz, mes diz, sanz riens lui en celer,

A vraye amour adrecier, qui voler

En vo doulx cuer vueille et vous reveler

Comment ne tir

Fors a tout bien; ainsi s'Amour mesler

S'en veult, plus n'ay besoing de m'adouler,

Or vueille tost vo doulx cuer appeler

Et convertir.

Si couvient dont qu'a
Amours m'en attende,

Lui suppliant qu'a mon secours entende,

Et a
Pitié qui sa doulce main tende

Pour redrecier

Mon povre cuer, car rien n'est qu'il attende

Fors que la mort qui son las corps estende

Dedens briefs jours; pour ce lui pry qu'il tende

A avancier

Ma garison, et se vueille adrecier

Par devers vous, ma dame, et ne laissier

Vo cuer en paix jusqu'a ce qu'eslaissier,

Si que j'amende,

Vueille le mien et de joye laissier.

Humble pitié a ce vueille plaissier

Vo bon vouloir pour mon mal abaissier,

Joye me rende,

Et entendis qu'Amours pour ma besongne

S'employera, belle, sanz faire alongne,

A celle fin qu'encor mieulx vous tesmongne

Que je dis voir,

Vueillez, m'amour, sans en avoir vergongne,

Me commander que pour vous m'embesongne

En quelque cas, ne point n'en ait ressongne

Vo bon vouloir,

Car je vous jur que se daignez avoir

Fiance en moy si que peusse savoir

Aucune riens qui vous pleust, tant valoir

Toute
Bourgongne,

Se moye estoit, ne me pourroit d'avoir

Com se de vous peüsse recevoir

Aucun command, car a aultre chaloir

Mon cuer ne songne.

Plus ne vous sçay que dire, belle née:

Tout vostre suis, non pas pour une année

Tant seulement, mais tant que soit finée

Ma vie lasse.

Si vous plaise que paix me soit donnée

De la guerre d'amours qu'ont ordenée

Voz trés doulx yeulx et beauté affinée.

Dieu par sa grace

Vous doint joye et tout bien, et a moy face

Tant de bonté que puisse en quelque place

Faire chose dont je soye a vo grace.

Tel destinée

A vous et moy doint, qu'Amours, qui enlace

Maint gentilz cuers, les nostres deux si lasse

Que jamais jour ne vous en voye lasse

Ne hors menée.


Que Pensez-Vous de ce Poème?

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top