Chanson, Paul Scarron
Poèmes

Chanson

par Paul Scarron

Paul Scarron

Phylis, vous vous plaignez que je n'ai point d'esprit

A vous parler de mon martyre.
Hélas !
Ignorez-vous qu'un mal que l'on peut dire

N'est jamais si grand que l'on dit ?

Un
Amant dit assez quand il est interdit,
Quand il languit, quand il soupire ;
Mais apprenez,
Phylis, qu'un mal que l'on peut dire
N'est jamais si grand que l'on dit.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top