Chanson de Mai, Georges Emmanuel Clancier
Poèmes

Chanson de Mai

par Georges Emmanuel Clancier

à
Paul

Mai s'enroule au ciel des fontaines
Fleur enfant des troubles sommets
Vaine allusion d'une lueur
Maison où temps et vent s'égrènent.

Mais je m'éprends de cette peine
L'heure la déchire à jamais
Et ne laisse de sa couleur
Même pas l'ombre souveraine.

Mes rois le fleuve jour nous traîne
Cœur et chair ah ! mes rois dormez
Prenne qui veut cette douleur
Méchante comme à perdre haleine.

Mai s'enroule au feu des fontaines
Maison où temps et vent s'égrènent



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top