Bonheur Bête, Henri Michaux
Poèmes

Bonheur Bête

par Henri Michaux

Henri Michaux

Quand donc pourrai-je parler de mon bonheur ?

Il n'y a dans mon bonheur aucune paille, aucune trace, aucun sable.

Il ne se compare pas à mon malheur (autrefois, paraît-il dans le
Passé, quand?).

Il n'a pas de limite, il n'a pas de..., pas de.
Il ne va nulle part.
Il n'est pas à l'ancre, il est tellement sûr qu'il me désespère.
Il m'enlève tout élan, il ne me laisse ni la vue, ni l'oreille, et plus il... et moins je...

Il n'a pas de limites, il n'a pas de..., pas de.

Et pourtant ce n'est qu'une petite chose.
Mon malheur était beaucoup plus considérable, il avait des propriétés, il avait des souvenirs, des excroissances, du lest.

C'était moi.

Mais ce bonheur!
Probablement, oh oui, avec le temps il se fera une personnalité, mais le temps, il ne l'aura pas.
Le malheur va revenir.
Son grand essieu ne peut être bien loin.
Il approche.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top