À la Fille D'un Peintre D'orléans, Belle Entre les Autres, Clément Marot
Poèmes

À la Fille D'un Peintre D'orléans, Belle Entre les Autres

par Clément Marot

Au temps passé
Apelle ' peintre sage
Fit seulement de
Vénus le visage
Par fiction : mais (pour plus haut atteindre)
Ton père a fait de
Vénus (sans rien feindre)
Entièrement la face et le corsage.

Car il est peintre, et tu es son ouvrage,
Mieux ressemblant
Vénus de forme et d'âge,
Que le tableau qu'Apellc voulu peindre
Au temps passé.

Vrai est qu'il fit si belle son image,

Qu'elle échauffait en amour maint courage.
Mais celle-là que ton père a su teindre
Y met le feu, et a de quoi l'éteindre :
L'autre n'eut pas un si gros avantage

Au temps passé.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top