A Gabriel Êchaupre, Paul Verlaine
Poèmes

A Gabriel Êchaupre

par Paul Verlaine

Paul Verlaine

Votre grand-père des temps chauds, l'honnête
Pache,

Fut un républicain sérieux, simple et franc.

Il méprisa l'argent, abomina le sang

Et mourut vénéré, pur de la moindre tache.

Nous sommes en des jours autres où l'on s'attache
Au positif ainsi qu'un abcès sur un flanc.
Où le bleu comme le rouge et comme le blanc.
Tous tirent tes pis, notre
France, bonne vache !

Hélas !
France,
Patrie, ô vivre et voir cela !
Mais votre cœur loyal bientôt se rebella
Contre la manigance actuelle, un mystère

De sottise méchante, et, fier, se donna tout

Aux
Lettres, comprimant son civique dégoût ;

Et vous mourrez très bien, comme votre grand-père.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top