Poèmes

A Ernest Raynaud

par Paul Verlaine

Paul Verlaine

Nous sommes tous les deux des moitiés d'Ardennais,
Moi plus foncé que vous, — dirai-je plus sauvage ?
Procédant des
Forêts quand vous de ce
Vallage
Doux et frisque qu'aussi bien que vous je connais.

Il y a peu de temps qu'encor j'y promenais,
Vous le savez, mon goût de son clair paysage.
Poussant les choses jusqu'à nous mettre en ménage,
Mon rêve et moi, là-bas, paysans désormais.

Faut croire que là-bas j'offensai quelque fée.
Car m'en voilà parti plus tôt que de saison
Après avoir vendu mon clos et ma maison.

Aussi combien en vous j'adore, retrouvée
Parmi ces gens que nos airs francs font ébahis,
La bonne humanité de ce brave pays.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top