Poèmes

Victimes

par Le Bozec Léo

Durant l’automne les feuilles sont rouges
Comme le sang des animaux qui bougent,
Convulsent au crochet cruel d’un boucher
Ils pendent, la carotide tranchée.

Et tout ceci pour un peu de leur chair
Leur douleur atroce empuantit l’air
Que vous respirez. Vous, consommateurs,
Écoutez-les pleurer alors qu’ils meurent.

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top