Veilleurs D'aurore, Achille Chavêe
Poèmes

Veilleurs D'aurore

par Achille Chavêe

Notre ville est l'enfant de tant d'usines de souffrances que nous devons lui pardonner les faux pas les pas perdus les pas à pas alors que tout est piétiné dans la boue de
l'encerclement à perdre haleine

Courir vers quel banlieusard îlot courir vers quel chant des oiseaux guinguette au nom de naturisme

à cracher sur les fleurs

Ni solution ni dilemme

à proximité du silence

Dorment les partenaires de l'oubli dorment les morts depuis longtemps trahis

Seule veille l'équipe aux réflexes impardonnables



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top