Poèmes

Un Vers

par Alain Bosquet

Alain Bosquet

Je ne serai ni bourreau ni victime : plutôt le spectateur.
Un seul vers anonyme change la pierre en fleur.

Je ne distingue l'amour, la tendresse que pour mieux les tromper.
Un vieil objet me blesse : c'est un vers usurpé.

J'accepte le dégoût et le malaise car ils n'ont pas de poids.
J'écris un vers qui pèse le monde entier, je crois.

Je n'en déduirai rien : l'univers triche et je vaux comme lui un vers à rime riche, qui se pavane et luit.

La vanité n'est pas désagréable si on lui met du sel.
Mon vers, est-ce du sable versé sur l'irréel ?



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top