Poèmes

Un Produit de Beauté

par Alain Bosquet

Alain Bosquet

Ma petite personne a si peu d'importance...

Juillet devient adulte.

Ma coccinelle bien-aimée fait le voyage

de la glycine au tournesol.

L'azur n'est pas méchant : on peut le caresser.

Le soleil dort au milieu des framboises.

Tous les journaux sont vieux d'un demi-siècle.

On peut s'aventurer jusqu'aux deux horizons :

celui qui se prélasse

dans la prairie,

et l'autre, plus timide ; on le porte dans l'âme.

Le divan rouge expie ses erreurs de jeunesse.

Le cheval dans la cour parle aux mouches.

Une femme très nue

est arrivée par le jardin,

les mains tremblantes.

Plus tard, quelques soldats sont morts dans le salon.

Ma mémoire est pesante : une vaisselle

qui ne sert plus, tant on a peur de la briser.

Les voisins disent qu'à l'automne les comètes

augmenteront de prix.

Je n'ose croire que le fleuve

ait le dessein d'engloutir le village.

La fille de ma fille aura vingt ans demain.

Elle me dit :

«
Le poème n'est rien qu'un produit de beauté. »



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top