Tantalized, Paul Verlaine
Poèmes

Tantalized

par Paul Verlaine

Paul Verlaine

L'aile où je suis donnant juste sur une gare.
J'entends de nuit (mes nuits sont blanches) la bagarre

Des machines qu'on chauffe et des trains ajustés,

Et vraiment c'est des bruits de nids répercutés

A des deux de fonte et de verre et gras de houille.

Vous n'imaginez pas comme cela gazouille

Et comme l'on dirait des efforts d'oiselets

Vers des vols tout prochains à des deux violets "

Encore et que le point du jour éclaire à peine *.

Ô ces wagons qui vont dévaler dans la plaine !



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top