Sonnet de Monosyllabes, Marc de Papillon de Lasphrise
Poèmes

Sonnet de Monosyllabes

par Marc de Papillon de Lasphrise

Si je n'y suis lors mon tout est un rien,

Mon œil plein d'eau, de maux me fond en pleurs ;

Et si c'est là le beau but de mon heur,

Que je tiens cher : car c'est mon plus grand bien.

Long temps y a que je me dis fort sien,
Et je n'en ay que fers, que feu au cœur :
Mais las ! je crains, par ma foy j'en ay peur,
Que mon sens vif ne soit onc joint au mien,

Or soit ou non, je te veux, je te prens,

Ton teinct sans fard plaist au jour de mes ans,
Et ton beau corps si coint, si gay, si doux,

Dont je te quiers, ni pour mon fiel, mon dueil;
S'on me faict tort, un clin de ton bel œil
Met tost à bas le plus dur de mes coups.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top