Sonnet 56: Doux Amour, William Shakespeare
Poèmes

Sonnet 56: Doux Amour

par William Shakespeare

AmourWilliam Shakespeare

Doux amour, renouvelle ta force; qu’il ne soit pas dit
que tu t’émousses plus vite que l’appétit
qui aujourd’hui est amorti par la nourriture,
mais qui demain reprend son premier aiguillon.
Sois ainsi, toi, amour! Quand tu rassasierais aujourd’hui
tes yeux affamés jusqu’à ce que la satiété les ferme,
regarde demain encore, et n’éteins
pas l’ardeur de l’amour par un incessant refroidissement.
Que ce triste intérim soit comme l’Océan
qui sépare les rives où deux nouveaux fiancés
viennent chaque jour, en sorte qu’au moment où ils doivent se rapprocher,
l’entrevue soit plus délicieuse encore!
Ou comparons-le à l’hiver qui, plein d’ennui,
donne à la bienvenue de l’été trois fois plus d’attrait et de prix.

Extrait de: 
Traductions de William Shakespeare (Victor Hugo)



Poème publié et mis à jour le: 06 septembre 2017

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top