Poèmes

Se Laisser Calomnier

par Victor Hugo

Victor Hugo

Quoi, frère, tu frémis parce qu'on te déchire !
Tu ne connais donc pas la force du sourire !
Quand tu te vois honni, hué, sifflé, raillé,
Par des faquins à l'âme obscure, au nom souillé,
Qui firent cent métiers et jouèrent cent rôles,
Tu prends trop de souci des choses que ces drôles
Disent de toi. Ton front s'assombrit ; tu t'émeus
Des sottises d'un tas de cuistres venimeux.
Regarde-moi. — Je suis seul, debout, sur la scène,
On m'insulte, je ris de leur rage malsaine
Et je vais ! Car mon cœur dans cet âpre chemin
Sent aujourd'hui l'honneur et la gloire demain.

Paris, juillet 1851.

Extrait de: 
Les quatre vents de l'esprit (1881)



Poème publié et mis à jour le: 13 juillet 2017

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top