Sa Main Qu'il Agite de Loin, Abdeddine Hamrouch
Poèmes

Sa Main Qu'il Agite de Loin

par Abdeddine Hamrouch

La main qui en serre une autre

et s'agite lors de l'adieu

La main qui écrit à une amante connue ou inconnue

La main qui prend le verre, le couteau

La main qui signe le bulletin de salaire des ouvriers

la sentence d'exécution

essuie les larmes scintillantes de l'orphelin

La main qui tapote le dos d'un chat et même d'un crapaud

La main qui s'introduit dans le cul d'une poule et vole les œufs

La main d'ïmru--Qaïs qui casse la coloquinte au lendemain de

la séparation

La main de
Picasso qui décompose les traits du visage en ronds

et carrés

La main qui passe la nuit à invoquer, pleurer, implorer

pour que la scie prenne en pitié l'arbre

La main qui cueille la rose, la plante

La main qui éclaire l'obscurité, l'éteint derrière les yeux des loups

La main qui brasse les cartes et les ordonne

La main qui lève les mots d'ordre et l'instant d'après les met

en berne

La main qui palpe les battements du cœur

essuie la sueur du front et cire les souliers des maîtres

La main qui rassure celui qui a peur, chatouille et berce

incite, proteste, sermonne, indique, met en garde, insiste

nomme, guide, dit oui, dit non

explique, s'étonne, questionne, réclame un point d'ordre

se tend et se rétracte

La main qui porte l'épée et s'attaque aux amis avant les ennemis

La main qui hisse le drapeau du pays

et l'éclaboussé par un trafic d'armes

La main qui empoigne l'eau, la braise

La main qui donne et reprend

La main qui se purifie et reçoit le sperme

La main au toucher de soie, de rocaille

La main qu'on tape dans l'autre tant le vide, les frustrations

la déception, le désespoir, le remords, le gâchis

La main qui étreint et poignarde dans le dos

La main qui compte les jours, les mois, les années

l'argent, les pertes, les têtes de mouton

les souffles des gens et les moments où l'âme s'arrache

La main chaleureuse, tiède, froide comme une rencontre de routine

La main haute, la main basse

La main qui vote, falsifie

La main qui crie victoire, accuse, juge, gracie, proscrit, gifle

La main qui construit pierre par pierre, appuie sur la gâchette

en direction des nuages

La main qui encourage, toute de bonté, partisane, ennemie

La main qui ouvre la fenêtre du matin

et ferme à l'air la porte de la cellule

La main qui tresse la corde et s'en soucie comme de l'an quarante

qui tend mille pièges aux souris, pose mille mines aux papillons

La main miséricordieuse, la main qui lapide, la main infirmière

La main pécheresse, la main épouse qui prépare le café

La main de ma mère...

Sa main qui s'appuie sur sa joue droite et se résume à cinq doigts

une paume, des lignes qui ne révèlent ni mauvais ni bon présage

Sa main qu'il agite de loin

Ma main que j'ai perdue lors d'un adieu



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top