Puero Debetur Reverentia, Paul Verlaine
Poèmes

Puero Debetur Reverentia

par Paul Verlaine

Paul Verlaine

Moi, si j'avais vingt fils, ils auraient vingt chevaux
Et fuiraient au galop le
Pédant et l'École,
Infâmes pour lesquels cette gueuse racole
En ce pays conquis tous les petits cerveaux.

La
Truande ! qui veut pour ses sales travaux.
Blasphème, puis péché, séduire, comme on vole,
L'enfant, le mien, le vôtre, ô la sinistre folle !
L'enfant, tout votre orgueil et tout " ce que je vaux !

Et si j'avais cent fils, ils auraient cent chevaux

Pour vite déserter le
Sergent et l'Armée

Que ces brigands nous ont créée, et ces drapeaux.

Les faquins ! qui mettraient la
France, notre aimée.
Aux mains du plus offrant, après en avoir fait
La chose impure, faible et sale que l'on sait*.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top