Promontoire, Arthur Rimbaud
Poèmes

Promontoire

par Arthur Rimbaud

Arthur Rimbaud

L'aube d'or et la soirée frissonnante trouvent notre brick en large en face de cette villa et de ses dépendances, qui forment un promontoire aussi étendu que l'Epire et le
Péloponnèse, ou que la grande île du
Japon, ou que l'Arabie !
Des fanums qu'éclaire la rentrée des théories, d'immenses vues de la défense des côtes modernes ; des dunes illustrées de chaudes fleurs et de bacchanales ; de
grands canaux de
Carthage et des
Embankmems d'une
Venise louche ; de molles éruptions d'Etnas et des crevasses de fleurs et d'eaux des glaciers ; des lavoirs entourés de peupliers d'Allemagne ; des talus de parcs singuliers penchant
des têtes d'Arbre du
Japon ; les façades circulaires des «
Royal » ou des «
Grand » de
Scarbro' ou de
Brooklyn ; et leurs railways flanquent, creusent, surplombent les dispositions de cet
Hôtel, choisies dans l'histoire des plus élégantes et des plus colossales constructions de l'Italie, de l'Amérique et de l'Asie, dont les fenêtres et les terrasses
à présent pleines d'éclairages, de boissons et de brises riches, sont ouvertes à l'esprit des voyageurs et des nobles — qui permettent, aux heures du jour, à
toutes les tarentelles des côtes, — et même aux ritournelles des vallées illustres de l'an, de décorer merveilleusement les façades du
Palais
Promontoire.



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top