Poèmes

Pour la Kermesse du 20 Juin 1895 (Caen)

par Paul Verlaine

Paul Verlaine

Je voudrais avoir, je le jure.
Croyez-en ma sincérité.
Part à votre festivité,
N'était le mal qui m'iodure,

Qui, tout le temps que le jour dure.
Me retient au lit détesté
Pour me faire un somme agité
Du soir obscur à l'aube obscure.

Mais mon cœur bat libre et sans fers
Et le bon démon qui m'habite
Me dicte encor parfois des vers.

Sonnet, pars joyeux et va vite
Vers ce
Caen où la
Charité
Gaîment inaugure l'été.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top