Poèmes

Plus D'atmosphère

par Pierre Reverdy

Pierre Reverdy

L'enseigne de la rue dévoile son mystère

Le bras tendu près du balcon porte un haltère

Les yeux sont agrandis par un dernier rayon

Le clocher devient bas
Un nuage le casse

Dans le jardin l'arbre pourrait tomber
Une main rassemble les branches
Et les serre comme un bouquet
Les mille doigts du vent frappent plus fort à la fenêtre

La tête qui paraît regarde dans le ciel

Attend ce qui peut arriver
Les cercles lumineux qui fermaient le tonneau du monde se défont

Et l'air plus chaud qui monte
Soulève le plafond



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top