Pièce a Grand Spectacle, Louis Aragon
Poèmes

Pièce a Grand Spectacle

par Louis Aragon

Louis Aragon

L'AMI sans cœur ou le théâtre
Adieu
Celui qui est trop gai
c'est-à-dire trop rouge
pour vivre loin du feu des rampes
De la salle
ficelles pendantes
Des coulisses
on ne voit qu'un nuage doré
machine-volante
Le Régisseur croyait à l'amour d'André
Lestroiscoups
L'oiseaus'envole
On avait oublié de planter le décor
Tintamarre
Le pantin verse des larmes de bois
Pour Prendre Congé

LOUIS ARAGON *

* Il revient saluer.

Extrait de: 
Feu de joie (1920)



Poème publié et mis à jour le: 13 juillet 2017

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top