Ordre, Jules Supervielle
Poèmes

Ordre

par Jules Supervielle

Jules Supervielle

Arrêtez les chiens sur les routes

Et les charrettes à bœufs.

Qu'ils retournent vers leur source!

Il s'agit d'être réveillé comme la foudre qui va

tomber-Que le vent dur comme fer
Casse les oiseaux contre terre!

Je ne veux plus, cœur traître, de tes salutations

dans ma poitrine,
Je te veux triangulaire, séché au soleil des tropiques
Durant trente jours.

Après quoi,

Rasez de près la
Terre.
Faites-en

Une fille terrorisée

Et qui n'aura d'autre toit

Que de tourner sur soi-même.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top