Poèmes

Nuit et Jour

par Pierre Reverdy

Pierre Reverdy

La pluie d'or sur la vague

Et le trou noir des ailes
Au mur le parapet glissant laisse filtrer le vide malgré les chaînes d'arbres

Au ciel la porte s'ouvre et la clarté y passe comme une boule d'eau qui tombe se gonfle énorme au moment d'éclater

C'est le jour
Et sous les ruisseaux d'ombre le souffle de la nuit bat encore par moments

Puis le cri du réveil sous les flèches les fenêtres qui s'ouvrent
Et les têtes poussées dehors dans le soleil
Dans l'enchevêtrement des rayons devant le trottoir de l'église

Plus de mains vers le toit bordé d'éclairs
Plus de regards lancés plus haut que les mansardes
Rien que des signes bleus indiquant le chemin
Par où vient le cortège serré des anges des mésanges

Entre les haies de feu

Les têtes flottent au-dessus du courant d'air qui vibre

Et par vagues viennent sauter le pont
On entend des chansons mêlées de dialogues

des cris et des échos
Dans le tournant des murs des groupes arrêtés les yeux fixant le cours limpide des nuages
Alors le pavé creux résonne

les chevaux marchent d'un pas égal
Et tout dans le quartier semble marcher d'un bloc

Vers le même signal

Même les arbres

Même le parapet

Et les groupes de marbre

les passants réveillés

les portes des maisons

les rêves envolés

Et l'air de la chanson

Enfin la part du ciel qui devient noire et tombe
C'est l'endroit que l'on voyait le mieux
Sous le balcon

Et puis la nuit revient

Un œil bleu la surveille
Derrière le volet une lampe qui veille



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top