Poèmes

Mon Beau Costume Noir

par Soussia Pièrre

Cousu pour mes aïeux
Il a traversé les siècles
Jusqu’à moi
Mon beau costume noir

Il a fallu du monde
Et du temps
Pour le coudre
Mon beau costume noir

Il est tantôt trop ample
Tantôt il me serre
Il est tantôt trop froid
Tantôt trop chaud
Car
Je ne l’ai pas cousu moi-même
Je ne l’ai pas choisi
Je ne l’ai pas acheté
Car
Je l’ai hérité malgré moi
Mon beau costume noir

Au nom de ma foi
Ma nouvelle religion
L’affreux optimisme
Comme jadis
Au nom de la croix
La belle religion
Le christianisme armé
Au nom de ma foi
Je n’ai pas le droit
De verser des larmes

Que j’étouffe
Ou que je brûle
Ou que je me meure
Dans mon beau costume noir

À travers les âges
Mon beau costume noir
A pris des épines
Des morpions et des scorpions
Et des malaises et des dards
Et des serpents venimeux

Qu’il me pique
Ou qu’il me morde
Mon beau costume noir
Je n’ai surtout pas le droit
De verser des larmes
On me pendra
Pour hérésie
Pour affreux pessimisme
Comme jadis
Pour communisme

Que je sois lasse de le porter
Et que je veuille m’en défaire
On m’accuse de me renier
Et d’envier le costume d’une autre
Et on me le recolle à la peau
Mon beau costume noir
Plein de morpions
Et de scorpions
Et de malaises et de dards
Et de serpents venimeux

On me refuse le droit de pleurer
On m’accuse d’accuser à tort
On dit même que j’ai laissé coudre
Mon beau costume noir

Ni les Américains et leurs armes policières
Ni les Français et leur fausse fraternité
Ni les Russes et leur Russie unie
Ni les Indiens et leurs intouchables
Ni les Colons et leurs crimes
Ni les Afrikaners et leur apartheid
Ni les Impérialistes et leurs invasions
Ni les Nazis et les négriers
Personne n’aime le voir
Et pourtant ils l’ont cousu
Mon beau costume noir

Il a fallu du monde et du temps
Pour le coudre
Il a fallu mon dos et ma docilité
Pour le mettre et le porter
Mon beau costume noir

Ce n’est pas un enfant fier
Qu’il me faut
Je veux un enfant téméraire
Un enfant rebelle

Mort à moi
C’est un parricide
Qu’il me faut pour héritier

Au feu
Mon beau costume noir
Plein de morpions
Et de scorpions
Et de malaises et de dards
Et de serpents venimeux
Et que mes enfants marchent nus
S’il le faut

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top