Poèmes

Modèle

par Alain Lortie ( curseur )

Détaché de ta matrice, tu échappes
faiblement des premiers cris de présence.
Survenant l'ouverture de tes yeux aptes
à te faire marcher pour empoigner l'anse.

Tu commences à écouter les plus âgés
pour leur livrer un gla gla qui t'est personnel.
Tu sens déjà que la vie va te demander
des efforts croissants, et tu ébats des ailes.

Voilà, tu vis comme les autres sans ton pot
et passant les belles années de ton bonheur
où on ne te demande que des beaux mots
relevant le défi des hâtives erreurs.

Te distinguant de par des actions de refus,
face aux étreintes causées par les fléaux
qui peuvent conduire ta vie dans un rebut?
Toi! qui sera vaillant et parmi les plus beaux.

Tu franchis l'étape de l'adolescence
dans un combat puissant vers la lumière.
Chaque matin levant tu croises l'essence
consciemment dans cette noirceur qui erre.

Parmi une maturité dans ton travail,
soignant ton intelligence, tu oeuvres bien.
Tu agis, vivant, comme guidé par un rail
te conduisant dans les terres de ton chemin.

Passant la moitié de ta vie active,
prenant du repos dans ton pays éloigné.
Contemplant les formes célestes, passives
soudant ta profondeur, rendue immaculée.

Commandé par une fin plus que certaine,
tu ouvres cette porte immortalisée.
Dernier instant; remontent tes plaisirs lointains,
en vue d'un retour, tu t'es préparé.

Extrait de: 
Message Initial

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top