Mimosas, Louis Aragon
Poèmes

Mimosas

par Louis Aragon

à la
Démoralisation

Le gouvernement venait de s'abattre

Dans un buisson d'aubépines

Une grève générale se découvrait à perte de vue

Sous les influences combinées de la lune et de la céphalalgie

Les assassins s'enfuyaient dans la perspective des courants d'air

La victime pendait à la grille comme un bifteck

Une chaleur à claquer

Aussi faut voir si les casernes en entendaient de drôles

L'alcool coulait à flot par les tabatières des toits

Le métropolitain sortit de terre afin de respirer

Quand tout à coup il apparut

Au détour de la rue

Un petit âne qui traînait une voiture

Décorée pour la bataille des fleurs

Premier prix pour toute la ville

Et les villes voisines



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top