Poèmes

Maurice Blanchot, Nous N'eussions Aime Répondre...

par Rene Char

AmourRené Char

Nous n'eussions aimé répondre qu'à des questions muettes, à des préparatifs de mouvement.
Mais il y eut cette impromptue et fatale transgression...

L'infini irrésolu et incompris : un tout établi, accédant et n'accédant pas, comme la mort, comme un ailleurs qu'à l'air captif un feu récite.

Le temps est proche où ce qui sut demeurer inexplicable pourra seul nous requérir.

Rejeter l'avenir au large de soi pour le maintien d'une endurance, le déploiement d'une fumée.

Tu déploies tes irrésistibles refus, terre.
Tu as broyé, enseveli, ratissé!
Ce que nous récusons, dont l'impudence nous désœuvré, n'obtiendra pas de toi son sursis.

La nuit où la mort nous recevra sera plane et sans tare ; le peu de sirocco autrefois réparti par les dieux devenant un souffle frais, distinct de celui qui, le premier, était
éclos de nous.

Il maintint la rose au sommet jusqu'à la fin des protestations.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top