Poèmes

Les Prisons et les Prières

par Marceline Desbordes-Valmore

Marceline Desbordes-Valmore

Pleurez !
Comptez les noms des bannis de la
France ;
L'air manque à ces grands cœurs où brûle tant

[d'espoir.
Jetez la palme en deuil au pied de leur souffrance ;
Et passons : les geôliers seuls ont droit de les voir !
Passons : nos bras pieux sont sans force et sans

[armes ;
Nous n'allons point traînant de fratricides vœux.
Mais, femmes, nous portons la prière et les larmes,
Et
Dieu, le
Dieu du peuple, en demande pour eux.
Voyez vers la prison glisser de saintes âmes.
Salut ! vous qui cachez vos ailes ici-bas ;
Sous vos manteaux mouillés et vos pâleurs de femmes
Que de cendre et de boue ont entravé vos pas !
Salut ! vos yeux divins rougis de larmes vives
Reviennent se noyer dans ce monde étouffant ;
Vous errez, comme alors, au
Jardin des
Olives ;
Car le
Christ est en peine et
Judas triomphant.
Oui, le
Christ est en peine, il prévoit tant de crimes !
Lui dont les bras cloués ont brisé tant de fers !
Il revoit dans son sang nager tant de victimes,
Qu'il veut mourir encor pour fermer les enfers !
Courez, doux orphelins, montez dans la balance,
Priez pour les méchants qui vivent sans remords ;

Rachetez les forfaits des pleurs de l'innocence,
Et dans un flot amer lavez nos pauvres morts !
Et nous, n'envoyons plus à des guerres impies
Nos fils adolescents et nos drapeaux vainqueurs ;
Avons-nous amassé nos pieuses charpies
Pour les baigner du sang le plus pur de nos cœurs !
Pitié ! nous n'avons plus le temps des longues haines.
La haine est basse et sombre ; il fait jour ! il fait jour ! Ô
France ! il faut aimer, il faut rompre les chaînes,
Ton
Dieu, le
Dieu du peuple, a tant besoin d'amour !



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top