Poèmes

Les Fusillés

par Victor Hugo

Victor Hugo

Guerre qui veut
Tacite et qui repousse
Homère !
La victoire s'achève en massacre sommaire.
Ceux qui sont satisfaits sont furieux ; j'entends
Dire : —
Il faut en finir avec les mécontents. —
Alceste est aujourd'hui fusillé par
Philinte.
Faites.

Partout la mort.
Eh bien, pas une plainte. Ô blé que le destin fauche avant qu'il soit mûr ! peuple !

On les amène au pied de l'affreux mur.

C'est bien.
Ils ont été battus du vent contraire.
L'homme dit au soldat qui l'ajuste :
Adieu, frère.

La femme dit : -
Mon homme est tué.
C'est assez.

Je ne sais s'il eut tort ou raison, mais je sais

Que nous avons traîné le malheur côte à côte ;

Il fut mon compagnon de chaîne ; si l'on m'ôte
Cet homme, je n'ai plus besoin de vivre.
Ainsi

Puisqu'il est mort, il faut que je meure.
Merci. -

Et dans les carrefours les cadavres s'entassent.

Dans un noir peloton vingt jeunes filles passent ;

Elles chantent ; leur grâce et leur calme innocent
Inquiètent la foule effarée ; un passant

Tremble. -
Où donc allez-vous ? dit-il à la plus belle.

Parlez. -
Je crois qu'on va nous fusiller, dit-elle.

Un bruit lugubre emplit la caserne
Lobau ;

C'est le tonnerre ouvrant et fermant le tombeau.
Là des tas d'hommes sont mitraillés ; nul ne pleure ;

Il semble que leur mort à peine les effleure.

Qu'ils ont hâte de fuir un monde âpre, incomplet.

Triste, et que cette mise en liberté leur plaît.

Nul ne bronche.
On adosse à la même muraille
Le petit-fils avec l'aïeul, et l'aïeul raille,

Et l'enfant blond et frais s'écrie en riant :
Feu !

Ce rire, ce dédain tragique, est un aveu.

Gouffre de glace ! énigme où se perd le prophète !

Donc ils ne tiennent pas à la vie ; elle est faite
De façon qu'il leur est égal de s'en aller.

C'est en plein mois de mai ; tout veut vivre et mêler

Son instinct ou son âme à la douceur des choses ;

Ces filles-là devraient aller cueillir des roses ;

L'enfant devrait jouer dans un rayon vermeil ;
L'hiver de ce vieillard devrait fondre au soleil ;

Ces âmes devraient être ainsi que des corbeilles

S'emplissant de parfums, de murmures d'abeilles.

De chants d'oiseaux, de fleurs, d'extase, de printemps !

Tous devraient être d'aube et d'amour palpitants.
Eh bien, dans ce beau mois de lumière et d'ivresse,

Ô terreur ! c'est la mort qui brusquement se dresse,

La grande aveugle, l'ombre implacable et sans yeux ;

Oh ! comme ils vont trembler et crier sous les deux,

Sangloter, appeler à leur aide la ville,
La nation qui hait l'Euménide ' civile.

Toute la
France, nous, nous tous qui détestons

Le meurtre pêle-mêle et la guerre à tâtons !

Comme ils vont, l'œil en pleurs, bras tordus, mains crispées,

Supplier les canons, les fusils, les épées,
Se cramponner aux murs, s'attacher aux passants,

Et fuir, et refuser la tombe, frémissants ;

Et hurler :
On nous tue ! au secours ! grâce ! grâce !

Non.
Ils sont étrangers à tout ce qui se passe ;

Ils regardent la mort qui vient les emmener.
Soit.
Ils ne lui font pas l'honneur de s'étonner.

Ils avaient dès longtemps ce spectre en leur pensée.

Leur fosse dans leur cœur était toute creusée.

Viens, mort !

Être avec nous, cela les étouffait.
Ils partent.
Qu'est-ce donc que nous leur avions fait ? révélation !
Qu'est-ce donc que nous sommes

Pour qu'ils laissent ainsi derrière eux tous les hommes,
Sans un cri, sans daigner pleurer, sans un regret ?
Nous pleurons, nous.
Leur cœur au supplice était prêt.

Que leur font nos pitiés tardives ?
Oh ! quelle ombre !
Que fûmes-nous pour eux avant cette heure sombre ?

Avons-nous protégé ces femmes ?
Avons-nous

Pris ces enfants tremblants et nus sur nos genoux ?

L'un sait-il travailler et l'autre sait-il lire ?

L'ignorance finit par être le délire ;
Les avons-nous instruits, aimés, guidés enfin,

Et n'ont-ils pas eu froid ? et n'ont-ils pas eu faim ?

C'est pour cela qu'ils ont brûlé vos
Tuileries '.

Je le déclare au nom de ces âmes meurtries,

Moi, l'homme exempt des deuils de parade et d'emprunt,
Qu'un enfant mort émeut plus qu'un palais défunt.

C'est pour cela qu'ils sont les mourants formidables.

Qu'ils ne se plaignent pas, qu'ils restent insondables,

Souriants, menaçants, indifférents, altiers.

Et qu'ils se laissent presque égorger volontiers.
Méditons.
Ces damnés, qu'aujourd'hui l'on foudroie,

N'ont pas de désespoir n'ayant pas eu de joie.

Le sort de tous se lie à leur sort.
Il le faut.

Frères, bonheur en bas, sinon malheur en haut !

Hélas ! faisons aimer la vie aux misérables.
Sinon, pas d'équilibre.
Ordre vrai, lois durables,

Fortes mœurs, paix charmante et virile pourtant,

Tout, vous trouverez tout dans le pauvre content.

La nuit est une énigme ayant pour mot l'étoile.

Cherchons.
Le fond du cœur des souffrants se dévoile.
Le sphinx, resté masqué, montre sa nudité.

Ténébreux d'un côté, clair de l'autre côté,

Le noir problème entr'ouvre à demi la fenêtre

Par où le flamboiement de l'abîme pénètre.

Songeons, puisque sur eux le suaire est jeté,
Et comprenons.
Je dis que la société

N'est point à l'aise ayant sur elle ces fantômes ;

Que leur rire est terrible entre tous les symptômes,

Et qu'il faut trembler, tant qu'on n'aura pu guérir

Cette facilité sinistre de mourir.


Que Pensez-Vous de ce Poème?

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top