Poèmes

Les Chênes

par Régis Boury

Irai-je revoir les chênes géants
Qui, ombrageux, méprisaient mes sept ans
Peureux, chaque jour et par tous les temps ?
Ô Communale aux parfums envoûtants !

Reverrai-je ces chênes pas-si-grands
Qui, toujours plus vieux, moquent, craquants,
Grincheux, soupirent leur amour d'antan :
La forêt vestale au jour renaisant.

Oui, j'aimerais que dansent des enfants
En cris joyeux et couronnes de glands
Autour, ivres, libres, insouciants :
Lien fatal entre nains et géants.

27 juiilet 1994

Extrait de: 
mon second recueil de poésie "Aux quatre vents 2"



Poème publié et mis à jour le: 31 janvier 2015

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top