Poèmes

Les Cambrioleurs du Paradis

par Soussia Pièrre

Ils arrivent
Les yeux pleins de feux
D’un phare obscur
Un sang tout propre
Sur leurs mains rouges

Ils arrivent
L’âme absente
Le cerveau flétri
Le cœur gelé
La haine sur la langue

Voilà venir à grands pas
Les barbares
Qui profanent la femme
Trucident l’enfant
Et crient le saint nom de Dieu

Voilà venir à grands pas
Les cambrioleurs du paradis
Qui avec leurs dynamites
Veulent forcer les portes
De votre céleste cité

Y a-t-il ô Seigneur
Dans la splendeur de votre cour
Un coin malpropre
Où puissent se cacher
Les scorpions
Les serpents
Et les démons cornus
Et les diables à longues queues

Y a-t-il ô Seigneur
Dans votre belle demeure
Une place mal éclairée
Pour nos hideux visages
De vilains personnages
Qui veulent entrer
Par la porte de l’horreur

Y a-t-il à l’ombre
De vos somptueux jardins
Un coin assez sombre
Où partager le butin
Un coin où les criminels
Puissent trouver le repos éternel

Extrait de: 
Les tristes paradis

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top