Les Amours de Théophile, Marc de Papillon de Lasphrise
Poèmes

Les Amours de Théophile

par Marc de Papillon de Lasphrise

Amour

Si les pleurs douloureux, si les tristes complaintes,
Si les mortels sanglots, si les regrets cuisants,
Si les fières fiertés, si les ennuis nuisants,
Si les funestes cris, si les rigueurs non feintes,

Si les maux outrageux, si les dures atteintes,
Si les noires fureurs, si les gémissements,
Si les soupirs profonds, si les âpres tourments,
Si les afflictions, si les ardeurs contraintes,

Si la sainte raison, si la douce amitié,

Si l'honneur désireux doit mouvoir à pitié',

Vous devez (il est temps) de m'être favorable.

Par vous à tous moments je meurs tout insensé,
Trois fois maudit
Amour, méchant, qui eût pensé
Que ta puissance eût pu me rendre misérable ?



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top