Le Poete ne se Plaint Pas de la Mort Prochaine..., Catulle Mendès
Poèmes

Le Poete ne se Plaint Pas de la Mort Prochaine...

par Catulle Mendès

à cause du souvenir de sa première chanson d'amour
J'ai chanté comme Chérubin
Pour les beaux yeux de ma marraine !
Plus heureux qu'un page de reine
En mon émoi de coquebin,
N'espérant, ingénu bambin,
Que d'être frôlé de sa traîne,
J'ai chanté comme Chérubin
Pour les beaux yeux de ma marraine.
Plus noir que diacre ou rabbin,
Qu'importe qu'en le pâle frêne
Près de ma couche souterraine
Croasse bientôt le corbin...
J'ai chanté comme Chérubin !



Poème publié et mis à jour le: 16 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top