Le Paradis des Criminels poème de Ouahiba Chaoui
Poèmes

Le Paradis des Criminels

par Ouahiba Chaoui

Ma mère, mon père
Mes sœurs et mes frères
Mes voisins, mes amis
Mes copains de misère
Je vous laisse ces quelques mots
Je sais que vous n’en serez pas fiers
Il n’y a rien à espérer dans cette vie
Après ma mort les choses seront plus claires

J’aurai le droit d’aller au paradis
Juste après ma dernière prière
C’est ce que m’ont déjà promis
Les mandataires de dieu sur terre
Probablement je n’aurai pas une tombe
Pour que vous m’y mettiez des fleurs
Car je vais étreindre une bombe
Qui me déchiquettera en l’air

Mes maitres m’ont fait comprendre
Qu’il s’agit d’une guerre sainte
Que c’est si brave de réduire en cendres
Des enfants innocents et des femmes enceintes
Des milliers d’anges en train de m’attendre
Il n’y a pas de raison que j’aie crainte
Il est grand temps que je m’y rende
Pour libérer mon âme de sa contrainte

Dites aux familles de victimes de ma part
Que ma vie était tellement cruelle
C’est parce qu’il ne me restait sur terre aucun espoir
Que j’ai préféré partir au ciel
Peut être qu’ils me pardonneront plus tard
S’ils apprennent que j’étais pris dans un piège mortel
J’ai pu comprendre… mais c’est trop tard
Que le paradis promis, c’est le paradis des criminels.


Poème publié et mis à jour le: 11 avril 2013

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top