Poèmes

Le Hibou de Paris

par Léo Ferré

L'automne dans les bois est cousu de ouatine
On y entend les pattes douces de la vie
Quelque oiseau malhabile en sifflant dès matines
A tiré de sa sieste un hibou de
Paris

La chlorophylle s'est caillée au bout des branches
C'est l'amour qui s'enchante et se meurt à la fois
Et la feuille d'automne agonise un dimanche
Et le lundi matin on la montre du doigt

L'automne caraïbe a des printemps qui flânent
C'est le tropique qui trop pique et goulûment
Délave son été dans un azur où plane
Un soleil gominé qui ne fout pas le camp

Ça c'est la poésie monsieur, où meurt l'automne
Le poète va pondre un œuf impunément

L'automne est mort qu'importe une chanson rayonne
Et enroue les pick-up comme un emmerdement

Et ce jazz qui vous tape au siphon comme un pic
Un vrai déhanchement d'épopée en surtax
Un potentiel de brouhaha qui tombe à pic
Dans cette épique époque où syntaxent les saxs

Et ces nouvelles qu'on vous tend comme une perche
Et ces désirs blessés miile fois rapiécés
Ces manettes truquées où vainement l'on cherche
Une voix bienheureuse à l'horizon clouée



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top