Poèmes

Le Dernier Dizain

par Paul Verlaine

Paul Verlaine

O
Belgique qui m'as valu ce dur loisir.
Merci !
J'ai pu du moins réfléchir et saisir
Dans le silence doux et blanc de tes cellules
Les raisons qui fuyaient comme des libellules
A travers les roseaux bavards d'un monde vain,
Les raisons de mon être éternel et divin ",
Et les étiqueter comme en un beau musée
Dans les cases en fin cristal de ma pensée.
Mais, o
Belgique, assez de ce huis-clos têtu !
Ouvre enfin, car c'est bon pour une fois, sais-tu ' !



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top