Poèmes

Le Cri Primal

par Régis Boury

Nue
Noire
Nubienne
Infinie statue de bois lisse
D'ébène
Au petit ventre rond
Et seins pointus
Très hauts
Obscènes
Donnés à voir
Aux mâles fascinés
Qui déjà se déchaînent
En toi
Rayant l'ivoire
Sur une musique
Syncopée
Saccadée
Semant
Giclant la haine

Nuit est promise longue
A femme belle
Femelle sans chemise
Et profonde.

10 novembre 1997

zadig92000 #JeSuisCharlie

Extrait de: 
mon second recueil "Aux quatre vents 2"



Poème publié et mis à jour le: 11 fvrier 2015

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top