Lamentation de Vénus Devant Adonis Mort, Jean de la Fontaine
Poèmes

Lamentation de Vénus Devant Adonis Mort

par Jean de la Fontaine

Jean de La Fontaine

«
Mon
Amour n'a donc pu te faire aimer la vie !
Tu me quittes, cruel!
Au moins ouvre les yeux.
Montre-toi plus sensible à mes tristes adieux ;
Vois de quelles douleurs ton amante est atteinte !
Hélas! j'ai beau crier: il est sourd à ma plainte.
Une étemelle nuit l'oblige à me quitter,
Mes pleurs ni mes soupirs ne peuvent l'arrêter.
Encor si je pouvais le suivre en ces lieux sombres !
Que ne m'est-il permis d'errer parmi les ombres!
Destins, si vous vouliez le voir si tôt périr,
Fallait-il m'obliger à ne jamais mourir?
Malheureuse
Vénus, que te servent ces larmes?
Vante-toi maintenant du pouvoir de tes charmes :
Ils n'ont pu du trépas exempter tes amours;
Tu vois qu'ils n'ont pu même en prolonger les jours.
Je ne demandais pas que la
Parque cruelle
Prît à filer leur trame une peine éternelle ;
Bien loin que mon pouvoir l'empêchât de finir,
Je demande un moment, et ne puis l'obtenir.
Noires divinités du ténébreux empire,
Dont le pouvoir s'étend sur tout ce qui respire.
Rois des peuples légers, souffrez que mon amant
De son triste départ me console un moment.

Vous ne le perdrez point : le trésor que je pleure
Ornera tôt ou tard votre sombre demeure.
Quoi! vous me refusez un présent si léger?
Cruels, souvenez-vous qu'Amour m'en peut venger.
Et vous, antres cachés, favorables retraites,
Où nos cœurs ont goûté des douceurs si secrètes,
Grottes, qui tant de fois avez vu mon amant
Me raconter des yeux son fidèle tourment,
Lieux amis du repos, demeures solitaires,
Qui d'un trésor si rare étiez dépositaires.
Déserts, rendez-le-moi : deviez-vous avec lui
Nourrir chez vous le monstre auteur de mon ennui ?
Vous ne répondez point.
Adieu donc, ô belle âme;
Emporte chez les morts ce baiser tout de flamme :
Je ne te verrai plus; adieu, cher
Adonis!»
Ainsi
Vénus cessa.
Les roches, à ses cris.
Quittant leur dureté, répandirent des larmes:
Zéphyre en soupira; le jour voilà ses charmes;
D'un pas précipité sous les eaux il s'enfuit.
Et laissa dans ces lieux une profonde nuit.

Vous ne le perdrez point : le trésor que je pleure
Ornera tôt ou tard votre sombre demeure.
Quoi! vous me refusez un présent si léger?
Cruels, souvenez-vous qu'Amour m'en peut venger.
Et vous, antres cachés, favorables retraites,
Où nos cœurs ont goûté des douceurs si secrètes,
Grottes, qui tant de fois avez vu mon amant
Me raconter des yeux son fidèle tourment,
Lieux amis du repos, demeures solitaires,
Qui d'un trésor si rare étiez dépositaires.
Déserts, rendez-le-moi : deviez-vous avec lui
Nourrir chez vous le monstre auteur de mon ennui ?
Vous ne répondez point.
Adieu donc, ô belle âme;
Emporte chez les morts ce baiser tout de flamme :
Je ne te verrai plus; adieu, cher
Adonis!»
Ainsi
Vénus cessa.
Les roches, à ses cris.
Quittant leur dureté, répandirent des larmes:
Zéphyre en soupira; le jour voilà ses charmes;
D'un pas précipité sous les eaux il s'enfuit.
Et laissa dans ces lieux une profonde nuit.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top