L'Adieu a une Dame, Jules Verne
Poèmes

L'Adieu a une Dame

par Jules Verne

Lorsqu'Adam fut chassé de l'Eden enchanteur,
Il s'arrêta devant son entrée interdite,
Puis il maudit son sort, sa faiblesse séduite :
Ce qu'il voyait alors pressentait le malheur.

En promenant au loin sa misère et sa fuite,
Il apprit à porter son fardeau de douleur !
Il soupire un instant, puis il vit et s'agite :
Le mouvement pour lui devient consolateur !...

Vous, dont je n'aurai plus ni l'amour, ni les charmes,
Tel serai-je ! avec vous, je n'avais que des larmes,
Pour ce que je connus, je n'avais que soupirs !

Sans doute, en mon ciel, je me ferai plus sage ;
De la tentation je fuirai le naufrage !...
Pourtant je ne puis voir mon
Eden sans désirs !



Poème publié et mis à jour le: 12 juillet 2017

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top