Poèmes

La Ville Surprise par Avril qui a Prise sur L'humaine Condition

par Minod Alain

LA VILLE SURPRISE PAR AVRIL QUI A PRISE SUR L'HUMAINE CONDITION

Le merle a lancé ses trilles...Mais la ville est encore lourde de nouveautés à venir.
Le ciel le sait, lui qui pavoise en blanc à l'aurore, comme pour nous faire signe
d'attendre .
Les premiers véhicules mugissent ; ils montrent des yeux en éclairs. Gardons leurs
regards et leurs bruits de fauves...Leur vitesse nous apprend à être lestes, sauvages.
Cependant ces allures pressées par le travail nous dictent paix, tendresse, patience.
Le jour venu fait entendre des sirènes hurlantes qui assomment toutes rêveries sur
les bouches des avenues et au carrefour .

La terre dans la ville passe dans les arbres qui verdoient. La pierre en périphérie
a les couleurs des nuées ; elle ne sourit pas dans ses milles paupières fermées .
Tordu, serré par un écran blanc, l'azur semble condamné à être noyé sans traces.
Le fil d'avril a passé les fleurs !...Le vent a pleuré fort hier et … Aujourd'hui …
Le matin restera-t-il froid et blême . Nous ne nous sommes découverts, mais...
Une barre de platine s'est déposée au lointain, derrière les arbres ; elle s'élargit,
elle remonte la place et l'horizon demeure impassiblement blanc comme neige.
Alors le vent lance ses coups sur le drapeau qui se tord, sur l'auvent qui s'agite.
Viennent les troupeaux de voitures serrées de près par les feux du carrefour …

Bientôt neuf heures. Le temps se bâtit comme il peut sur cette terre d'humains.
Les enfants croisent dessous les nuées qui ...S'écartent … C'est aussi l'heure où
le savoir appelle. Ainsi le hasard se plie aux rythmes nouveaux de la saison ….
Alors insiste le droit d'aimer pour ces résurrections de l'azur sur fond blafard .
La terre remue le monde des humains qui voudraient ne plus rester à genoux …
Devant le destin fuyant …

On sautera contre les fenêtres lourdes d'une liberté fauve et grise ; on les ouvrira.
Notre liberté fera voler en éclats la feinte égalité des portes en périphérie urbaine .
Elle sera vive hors des poussières de Promesse , hors du fatum des temps actuels .
Elle sera une et forte des scissions de l'horizon, pour les miséreux errants sans toits,
pour les exilés parqués puis refoulés comme pour tous les humains qui passent en
courant presque, enfiévrés qu'ils sont par un travail qui enferme le savoir, son droit
et son choix, tous laminés par le règne inconditionnel du trafic qui ne voit rien, ni
ne sait arrêter sa machine infernale...Un travail qui apprend du soleil à être lumière
pour tous et réel enrichissement de l'âme et du corps ; un travail qui compose son
propre temps , jusques avec la pluie printanière, jusqu'à faire lever tous les germes
du renouveau … Voilà que des rayons d'argent puis de cuivre et d'or entrent dans
les bouches des carrefours !...

Mais les « pèlerins » du matin laborieux sont entrés comme dans un gouffre, ces
bouches qui les avalent … Pourvu que le soir rayonne encore pour les accueillir
et renforcer leur petit espoir :
La veille a besoin de cette aura pour gagner des rencontres pour des anges rebelles !!!

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top